Chili – 10/5 – 4/6

En réalité nous avons déjà passé presque 1 semaine au chili, mais l’île de pâques méritait une page à elle seule !
Alors nous attaquons le chapitre Chili par notre arrivée a Santiago! Un peu stressés car ce sont nos premiers pas en Amérique latine, et toutes les personnes que nous avons croisé nous ont dit d’être extrêmement vigilants, car les pick pockets font fureurs ici !!
Alors nous usons de toutes les astuces pour planquer nos sous, cartes bancaires, arnacher le sac a dos, ou sortir l’appareil photos en toute discrétion. Au final, passés les 1ers jours a être un peu stressés, nous reprenons le rythme de nos visites et nous detendons petit a petit… sans pour autant perdre de notre vigilance !
Et en fait ce sont plutôt les chiens errants qui nous inquiètent car ils sont bruyants et agressifs.

Premiers pas donc à Santiago, la capitale chilienne tres marquée par l’influence francaise : métro, statues, grandes avenues. Nous partons a la découverte de cette ville, et notamment par l’ascension du mont San Cristobald afin de voir la ville d’en haut ! Au final rien d’extraordinaire, une ville moderne et polluée !
Mais c’est surtout le point de rdv pour retrouver Eric et Julien, et partir ensemble en visite les 5 prochains jours.

image

Santiago

Nous partons donc en bus vers Valparaiso – ou Valpo pour les intimes. Valparaiso est une ville en bord de mer, construites sur les collines (les cerros). Une sorte de grande baie pittoresque, bordée d’un amphithéâtre de collines abruptes. On parcourt les rues a pied, au fil des ascenseurs, escaliers, passages et ruelles pentues. Une ville pittoresque aux maisons colorees, où les graffitis sont rois.
image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Et afin de prendre un peu de recul et de voir la ville dans son ensemble, nous partons en balade en barque dans le petit port de Valparaiso, où se cotoient bateaux de croisiere, navires militaires, paquebots, et petits bateaux a moteurs pour les excursions scolaires.
image

image

image

image

image

Regardez bien la photo qui suit, il y a un passager clandestin sur le bateau !!
image

Après ces quelques jours à Valparaiso, nous retrouvons notre ancien moyen de transport préféré, j’ai nommé le bus !! C’est reparti pour 1 nuit dans le bus pour descendre à plus de 1000km de là sur l’île de Chiloe, une ile de 200km de long sur 50 de large.
Chiloe est réputée pour son temps peu clement, particulièrement humide ! Seulement 60 jours de soleil par an! Nous avons donc un peu hésité à y aller… mais les avis des uns et des autres, et les photos vues sur internet ne sont que positifs. Alors nous tentons l’aventure, en croisant les doigts pour passer entre les gouttes !
Un premier stop a Puerto Montt sur le continent, le temps de louer une voiture et nous partons prendre le ferry en direction de Chiloe. Partis du continent il pleuvait, mais le soleil semble tenter une apparition lorsque nous arrivons a Chiloe. Esperons que cela dure ! Première escale sur l’ile a Ancud, une ville portuaire peu extraordinaire, mais où nous gouterons la specialite locale : le Kuranto . Un mixte de fruits de mer (moules geantes, coques) , de viandes (saucisse, lard, poulet) et pomme de terre cuits a l’etouffee.
Le lendemain, nous partons sous une pluie ardente découvrir les petits village de l’île, où se cachent ici et là des petites eglises jesuites en bois pour la plupart, dont certaines sont classées momument national au patrimoine mondial de l’Unesco.
Les églises ont une architecture similaires avec les pans du toit en tipi et le clocher au milieu. En pleine saison, elles sont de véritables attractions touristiques dans ces petits villages d’une cinquantaine d’habitants. Heureusement pour nous, nous sommes en hors saison touristique, nous serons donc tout seuls a silloner ces petits chemins de campagne et contempler ces belles églises.
Tenaun, San Juan, Colo… la plus jolie est parait il a Dalcahue mais elle est en renovation ! Nous n’aurons donc pas l’honneur de la voir.
image

image

image

Apes cette journee sous la pluie, nous rentrons a Castro, la ville principale de l’ile où nous trouverons notre hébergement pour les 3 prochaines nuits. Un hospedaje tenu par un vieux monsieur, sa fille et son petit fils dans une grande maison en bois chauffée par un gros feu de bois. De quoi nous sentir comme a la maison ! Nous allons nous mettre au sec avec un avis plutot mitigé sur ces premières visites.
Le resumé de cette journee est un peu decevant : il pleut des trombes d’eau non stop, on roule on roule on roule pour découvrir des petites églises tres jolies, certes, mais que nous ne pouvons pas visiter car elles sont fermées, et au milieu de villages que nous ne prenons meme pas le temps de visiter tellement il pleut….esperons que le lendemain soit plus clement !

Et au petit reveil … oh surprise ! Il pleut encore !! On ne désespère pas, on se motive et on reprend la route en quête de nouvelles églises a découvrir : Nercon, Vilupulli, Chonchi. Nous aurons la chance de pouvoir visiter l’église de Chonchi (et nous abriter un peu). L’intérieur est tres joli, tout en bois. La voute est peinte en bleu pour représenter le ciel, et parsemé d’étoiles. De belles proportions, le plancher qui craque sous nos pieds.

image

Eglise de Nercon - Chiloe

image

Eglise de Chonchi - Chiloe

Puis nous rentrons a Castro au chaud chez notre hote ! L’avantage quand il pleut, c’est que nous culpabilisons moins de rester a l’hotel – nous prenons un peu de temps pour nous, pour mettre le blog a jour par exemple !
Nous remettrons le nez dehors pour aller a la messe a la cathedrale de Castro, seule possibilité de visiter la cathédrale!r D’extérieur, celle ci semble plutôt sortie tout droit d’Eurodisney, mais quand on découvre l’interieur, on comprend pourquoi cette eglise fait partie des églises classées par le patrimoine mondiale de l’Unesco. Toute construite dans du bois, elle ressemble a une coque de bateau. Le parquet craque a chacun de nos pas. Une petite prière pour que le temps s’ameliore et nous voila repartis a notre hotel.

image

Cathedrale de Castro - Chiloe

image

Le lendemain….. Alleluia ! Il semble que notre prière ait ete exaucée ! Il ne pleut pas !!! Et il y a même du soleil ! On se prépare rapidement pour profiter du beau temps – direction le ferry pour aller sur l’isla Quinchao. Nous multiplions les arrêts afin de profiter des paysages et visiter les villages sous le soleil. Cette petite île recèle de trésors, et il faut dire qu’avec ce beau temps, tout prend une autre tournure : on profite de se promener dans les villages, de découvrir les petites eglises de Curacò de Vélez, Achao, Quinchao, de marcher sur les plages a marée basse. Il aura suffit d’un rayon de soleil et d’un peu de ciel bleu pour nous faire adorer Chiloe !

L’église du village de Curacò de Vélez nous a fait sourire de part sa forme atypique et sa couleur verte. Une petite église declaree Monument national. Le village recele de petites maisons traditionnelles en planchettes de bois superposees comme des ecailles de poisson, particulierement bien conservees.
Nous prenons le temps de marcher vers la plage pour photographier les bateaux couchés sur le flanc a marée basse.
image

image

image

image

L’église d’Achao nous marquera particulierement : c’est la plus ancienne de l’île elle date de 1730. Elle ne paie pas de mine de l’exterieur mais l’interieur est sublime, coloré avec son plafond de bois sculpté. Une dame nous expliquera qu’elle a était exclusivement construite en bois, ce qui lui donne un côté chaleureux. Contrairement a nos églises, les proportions ici sont réduites, le decor épuré, pas de vitraux mais des fenêtres qui laissent passer la lumière.
image

image

image

Le temps d’une petite averse nous repartons sur le continent découvrir les maisons sur pilotis de Castro. C’est sous un arc en ciel que nous profiterons du spectacle : ces petites maisons aux couleurs vives, alignées, qui se reflètent dans l’eau.
Nous en profitons pour visiter Castro, une ville plutôt agreable dont les rues sont bordées de maisons colorées. Et on retourne a la cathédrale pour refaire des photos mais sous le soleil cette fois ci !

image

image

image

image

image

image

L’heure est deja au retour. Notre aventure sur Chiloe prend fin sous un ciel mitigé qui nous donnera l’occasion de voir plein d’arcs en ciel ! A chaque averse un nouvel arc en ciel fait son apparition, jusque lors de notre traversée en ferry . Quelque peu mitigés à notre arrivée, nous repartons ravis de notre séjour sur Chiloe. Mais le soleil nous manque un peu, alors nous repartons direction le nord du pays, a 1500km plus haut.

image

Au réveil, depuis la fenêtre de notre hospedaje


image

Entre Castro et Chacao - Chiloe

image

Sur le ferry du retour

Nous reprenons le bus direction le nord, et la ville de La Serena. Apres 14h de bus, nous arrivons a Santiago a 5h du matin pour changer de bus. Nous pensions trouver un terminal de bus sombre, desert et glauque. Et non, c’est un terminal tres animé que nous decouvrons ! Beaucoup de familles. Nous comprenons ainsi que les autochtones voyagent beaucoup, visitent leur pays et tout cela en bus .
Terminus prévu a la Serena sur la côte ouest, après 22h de bus… et finalement, l’apercu que nous avons en traversant la ville ne nous plait guère : une grosse ville, station balnéaire aux grands building. Nous decidons de prolonger notre périple jusqu’a Vicuña a 70km a l’est de la serena.
Et quel bonheur d’avoir fait ce choix ! Les paysages que nous traversons nous ravient déjà : cactus, montagnes pelées, changement radical de décor ! Et surtout : un grand ciel bleu ! Nous arrivons a vicuña, une petite ville de 9000 habitants, très tranquille…. les premières personnes que nous croiseront seront un vieux monsieur en velo et une vieille dame en mode comere a sa porte !

image

Encore la patate après 22h de bus !!

image

Nous partons a la recherche d’un hébergement, et flanons dans la ville afin de voir un peu que faire dans le coin. Après discussion avec quelques personnes croisées a l’auberge, il semble qu’il y ait de quoi s’occuper dans le coin ! VTT, rando, ballades a cheval… et distilleries ! Car nous sommes dans la zone de prédilection de production du pisco, cette eau de vie de raisin, absolument delicieuse en version pisco sour ! (Avec du citron et du sucre)
Dès le lendemain, nous prenons un minibus local direction le petit village de Pisco Elqui, 800habitants, niché a flanc de montagne a pré de 1300m d’altitude. Nous découvrons un village pittoresque comme nous les aimons tant : des rues bordées de maison colorées, des ânes et des chevaux dans les « jardins » ouverts, et en toile de fond ces grands montagnes aux aspects lunaires.
Pisco sera également l’occasion de découvrir « el completo » – un sandwich simple mais exquis : un pain hot dog légèrement grillé une saucisse, des morceaux de tomates et surtout : une couche bien épaisse d’un mélange avocat écrasé oignon rouge. Divin !
image

image

image

image

image
image

image

Nous partons en VTT découvrir les alentours sur les routes pentues de montagne. Les paysages sont très jolis, assez improbables a vrai dire : des étendues de vignobles, entourées par des montagnes très arides recouvertes de cactus.
image

image

Apres ces quelques heures d’effort sous un grand soleil, retour a Vicuña le temps d’une petite pause diner, et nous repartons a 22h30 pour nous rendre a l’observatoire. Le ciel parait un peu nuageux, nous ne savons pas vraiment si les étoiles seront très visibles…. mais en arrivant à l’observatoire, c’est un ciel parfaitement dégagé que nous decouvrons – des étoiles par milliers, et la voie lactée est très visible. En effet l’observatoire est situé en altitude, nous sommes donc passés au dessus des nuages. Nous suivons notre guide qui nous conduit dans un dôme ouvert pour observer le ciel au télescope. Une première pour nous !! C’est magique ! Nous verrons tout d’abord la lune, zoomée de façon à a ce que l’on puisse observer ses cratères . Puis a côté de la lune nous observerons Jupiter et ses satellites, puis Saturne et ses anneaux !
Nous découvrirons ensuite différentes constellations d’étoiles, de planètes, ainsi que les dark constellations – une nouveauté pour nous ! Il s’agit de constellations que l’on peut voir entre les etoiles et la voie lactée. Là où on pense voir un trou noir, il s’agit en fait d’une dark constellation.
Le ciel est splendide, une nuit pure sans aucune lumière pour venir parasiter notre observation. Retour a l’auberge a 2h de la mañana, l’esprit plein d’étoiles. ..

Après une grasse matinée, nous partons à vélo dans les alentours de Vicuña. Il fait beau, un grand ciel bleu d’une pureté impressionnante ! Nous parcourons les chemins de terre en nous arrêtant régulièrement le temps de photographier les paysages.
image

image

image

image

Une première halte à une distillerie de pisco le temps d’une petite visite, et d’une dégustation ! Puis nous repartons vers la prochaine étape : la fabrique de bière artisanale ! Nous traversons des petits villages authentiques, calmes et au détour d’une place nous marquons une pause pour flaner dans le marché artisanal.
Puis nouveau stop le temps de déguster una cervesa artisanale et un completo… pas très sportif tout ça, mais tellement bon !

image

Distillerie de Pisco

image

image

image

Encore quelques coups de pédales et nous voilà de retour a Vicuña. Demain, nous reprenons le bus pour 17h de trajet afin de remonter des centaines de kilomètres encore plus au nord pour découvrir la région de San pedro de Atacama. Nous descendons a Calama, capitale minière du Chili afin de changer de bus pour nous rendre a San pedro. Cela parait simple sur le papier, mais en réalité il y a autant de terminaux de bus que de compagnies, et toutes ne vont pas a San Pedro. Nous voila donc partis sacs au dos a la recherche du prochain bus qui part a san pedro ! C’est apres seulement 3 terminaux, et 3km a pieds que nous trouverons le bus qui nous conduira dans le desert.
Le désert d’Atacama situé au nord du Chili est le désert le plus aride au monde. A certains endroits il n’aurait pas plu depuis depuis 80 ans…. sauf que nous quand on arrive il pleut ! Et il neige en altitude… mais ca ne sera que de courte durée heureusement, et cela rajoutera une touche de charme a nos photos !
Les paysages que nous traversons en bus sont étonnants : une steppe rocheuse à perte de vue, craquelée par la sécheresse, et des volcans aux sommets enneigés. Puis on découvre San Pedro de Atacama, une oasis perdue en plein désert, perché a 2400m d’altitude. San Pedro est un gros village très touristique car point de départ des excursions dans le désert, mais qui a su conserver son charme avec ses ruelles en terre et ses maisons d’adobe, son église pittoresque et sa place ombragée d’où on aperçoit le majestueux volcan Licancabur.
image

image

image

image

Nous nous installons dans notre auberge puis partons faire le tour des agences afin de voir comment occuper nos prochains jours. Et ils seront bien occupés (on n’en doutait pas !)
Dès le lendemain, nous louons des VTT et partons découvrir la vallée de la lune. L’arrivée sur le site est magique : une route en terre et un desert rocailleux rouge et blanc a perte de vue. Et en toile de fond la chaine montagneuse de la cordillère des Andes enneigée. Nous marquons un premier arrêt pour se promener au milieu d’un canyon de roche et de sel, sous des murs qui craquent, et sur des eboulis qui semblent recemment tombes…rien de tres rassurant a vrai dire ! Apres 30 min de marche, nous ne pouvons plus avancer et faisons donc demi tour pour finalement nous rendre compte a la sortie que ce passage là était fermé et qu’il fallait passer à coté…….
image

image

image

image

Sortis indemnes de cette excursion, nous reprenons nos VTT pour gravir une côte bien pentue et longue afin d’arriver au pied de notre prochain stop : la duna mayor. Nous laissons nos vélos en bas et partons a l’ascension de la dune d’où nous aurons une vue superbe : la dune de sable sépare deux petites vallées blanchies par le sel.
Puis on repart pour 2km pour de nouveau poser nos vélos, et grimper sur la falaise pour une vue panoramique sur toute la vallée de la lune. Le soleil va bientot se coucher, il est temps pour nous de rentrer pour ne pas rouler de nuit. Une journee pleine de decouverte de paysages sublimes, mais également sportive puisque nous aurons tout de même pédaler plus de 30km, dont certaines côtes bien pentues dont on se souviendra !
image

image

image

image

image

image

Apres une nuit récuperatrice, nous partons en excursion découvrir les ‘piedras rojas’, ainsi que les lagunas. Nous passerons cette journee avec 7 autres francais, ainsi que notre guide Santiago. Une grosse journee en perspective puisquil est prevu de parcourir 400km. Direction’plein sud vers l’altiplano. Premier stop sur le chemin de l’inca qui relie Cuzco a Santiago, au niveau du tropique du capricorne . Face a nous, une vue imprenable sur la chaine volcanique des Andes, et ses sommets enneigés culminant a plus de 6000m. Nous reprenons la route toujours dans des decors irreels, passant du désert au palier écologique a 4000m ou l’on peut trouver une végétation aux couleurs jaunes, contrastant avec les sommets enneigés et le bleu intense du ciel. Et au passage, nous aurons la chance de voir des vigognes, animal sauvage ressemblant un peu a un lama, connu pour sa laine très chaude.

Au détour d’un virage, nous arrivons au fameux site des ‘pierres rouges’ : une roche rouge, une lagune de sel bleu pastel, des montagnes grises, et toujours les volcans enneigés dont la cime flirte avec le ciel azur.
image

image

image

image

image

image

image

image
image

image

image

image

image

image

image

image

Ce décor irréel sera également le lieu de notre pique nique ! Une table, du vin chilien, et le pastel del choclo cuisiné avec amour par la maman de Santiago, notre guide. Il s’agit d’une sorte de hachis parmentier, avec viande et oignons, recouvert d’une purée de mais. Un régal ! Sauf qu’à 4000m d’altitude, le vin tape très vite et les maux de tête ne se feront pas attendre. Même les feuilles de coca que nous mâcherons ne parviendront pas à faire passer le mal.
==> note pour plus tard, éviter l’alcool en altitude !
image

image

Nous repartons pour contourner le volcan, et atteindre 2 belles lagunes perchées a 4200m : les lagunas Miscanti-Miñiques. Et c’est là que nous avons fait une rencontre surprenante ! Pas besoin de mots, les photos parlent d’elles même !

image

image

image

image

Et nous redescendons de 2000m pour atteindre la laguna de Chaxa, au coeur du salar de Atacama, où nous pourrons admirer dans un silence étourdissant des flamants roses se nourrissant dans les plans d’eau. Tout autour, un paysage de consécrations salines à la blancheur éblouissante, et toujours cette cordillère des Andes dont les monts enneigés seront éclairés par la couleur rose orangée du soleil couchant. Par moments, les flamants s’envolent par groupes pour regagner leurs nids, et rajoutent une touche de magie a ce décor
Somptueux. Impossible de choisir parmi nos photos, donc vous aurez le privilège d’en voir beaucoup !

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Nouvelle excursion pour continuer de découvrir les mystères des alentours de San Pedro de Atacama : la vallée des cactus géants où nous ferons une petite balade dans la rivière au milieu d’un canyon. On avance doucement, en varape par moment et au bout de notre promenade nous tombons nez a nez avec un cactus geant de 10m de haut, vieux de 1000ans.
Le temps d’une pause barbecue choripan à 4000m d’altitude, avec une vue panoramique sur les volcans enneigés , et nous reprenons la route direction les geysers del Tatio pour y être au coucher du soleil. La route qui nous mène aux geysers est superbe, des paysages grandioses à perte de vue, et la neige qui est tombée peu de temps avant rajoute une touche de magie. Nous arrivons enfin aux geysers, le plus haut centre geothermique au monde puisqu’il se situe a 4500m d’altitude. Le tempssd’un petit bain dans les sources d’eau chaude et le soleil va se coucher… la température extérieure diminue (-7°C !) ce qui permet aux geysers de se mettre en route et nous dévoiler leurs secrets…
image

image

image

image

Dernière journée à San pedro de Atacama, nous relouons des vélos pour nous rendre a la vallée de la mort. Apres une superbe cote pour sortir de la ville, nous arrivons dans une sorte de canyon aride et austère. Apres 4 km de piste poussiereuse, nous arrivons sur une grande dune de sable sur laquelle on grimpera afin de decouvrir une vue panoramique sur la chaine des andes et le volcan Licancabur. Puis des voitures viennent perturber le calme ambiant : des sportifs du dimanche débarquent car la dune est le lieu de prédilection des sandboarders. Ils s’élancent du haut de la dune et la dévalent avec a la clé des gamelles memorables ! On assistera au spectacle pour le plus grand plaisir de nos zigomatiques !
Il est temps de nous rendre au terminal de bus pour passer une nouvelle nuit dans le bus. Au petit matin, nous serons a arica, dans la partie nord du chili. Arica ne sera qu’une ville étape avant de nous rendre a Putre a 3500m d’altitude, et d’aller découvrir le parc national de Lauca en compagnie d’Emilie et Nicolas rencontrés en excursion a San Pedro.
image

image

image

image

image

image

image

Apres 3 heures de bus, nous arrivons dans le village de Putre, perché à 3500m d’altitude, milieu de la cordillère des Andes. Nous ressentons le manque d’oxygene lié a l’altitude – on est vite essouflé, nous sommes obligés de ralentir le pas. Nous resterons la journée a Putre afin de nous habituer a l’altitude, et nous partirons les 2 prochains jours dans le parc national de Lauca. A Putre le temps semble s’etre arrêté. Des vieilles maisons bordent les 3 rues du village, et on ne croisera que des personnes âgées.
image

image

image

Le lendemain, première journée au salar Surire a 4000m d’altitude. Infusion de mate coca impérative pour nous aider à mieux supporter l’altitude. Nous sillonons les routes de montagnes dans notre pick-up avec Emilie et Nicolas, accompagnés de notre guide chilien…150km de piste sur l’altiplano, seuls au monde dans cette zone un peu désertique. La région n’est pas très touristique! On traverse le parc des vigognes ou ces animaux sont protégés. Nous serons chanceux car nous en verrons énormément! Puis quelques metres plus loin, notre chauffeur s’arrête, il vient de repérer des lamas et des alpagas! Pause photos obligatoire, ce sont les premiers lamas que nous croiseront en liberté! Les alpagas ressemblent beaucoup aux lamas, mais ont une face un peu plus aplatie. Tous ces animaux sont assez marrants à photographier – ils sont curieux, pas très peureux et les pompons qu’ils ont aux oreilles leur donnent un air rigolo.
image

image

image

image

Nous reprenons la route, traversons des petits villages isolés, des plaines a perte de vue, passons devant des volcans : Parinacota, Sajama qui culminent a presque 6000m d’altitude, et le volcan Guallatire en alerte orange! On verra très nettement la fumee s’échapper du cratère…. pas du tout inquiétant ! Puis nous atteignons enfin le salar Surire dont le spectacle sera assuré par les flamants roses. Et ensuite direction notre aire de pique nique, j’ai nommé une petite lagune où l’eau coule a une temperature de 40°C. Plutot agreable comme bain, a 4500m d’altitude, avec les vigognes et les volcans en paysage de fond ! Le passage de la polaire+bonnet au maillot a tout de même été un peu compliqué mais cela en valait la peine !
Deja l’heure du retour, encore 200km a parcourir avant de rentrer a Putre.
image

image

image

image

image

La lagune a 40°


image

image

image

image

image

image

Le lendemain, nous repartons tous les 5 en direction du lac Chungara a la frontière bolivienne. Sur le trajet, nous aurons l’occasion de faire de multiples stop pour observer des viscuchas, ces petits animaux mi lapins, mi écureuils, qui se fondent complètement dans le paysage grâce à a leur pelage gris beige.

image

image

Et a peine quelques minutes plus tard, notre guide marque un nouvelle arret pour voir des lamas. Mais chose innattendue, un premier lama sosie de Michel Polnareff se precipite vers nous et passe la tete par la fenetre avant, de quoi surprendre nicolas. Nous nous precipitons hors de la voiture pour prendre une photo de cette situation cocasse lorsque nous nous retrouvons encerclés par des lamas – 2 autres lamas avaient rejoint Michel et faisaient le pied de grue devant la voiture ! Quels fous rires ! Puis on entend Nico qui crie et ferme la fenetre en catastrophe : Michel vient de lui cracher dessus !!! Quand lama fâché, lama cracher ! Et oui Nico, tu aurais dû lui donner un de tes cookies…
Notre guide est mort de rire, les lamas font les pitres a venir fouiller dans la voiture, Michel va jusqu’à se rouler sur la piste de quoi ralentir un tantinet la circulation des camions ! Séance photos, selfies. Un très bon moment de rigolade !!
image

image

image

image

image

Puis on reprend la route pour de nouveau marquer une pause quelques kilometres plus loin….. la journee ne sera que succession de pauses photos : volcans, lamas – une faune et une flore unique et resplendissante. Les couleurs sont vives et contrastées : le blanc des cimes enneigées vient flirter avec le bleu azur du ciel, la lagune bleue contraste avec le vert intense de la prairie, elle même parsemée de petites touches de toutes les couleurs grâce a la présence des lamas.
Puis retour a Putre pour passer notre derniere nuit au Chili. Demain nous partons vers la Bolivie pour une nouvelle aventure !
image

image

image

image

image

image

image

Notre sejour au chili aura été incroyable : nous ne savions absolument pas a quoi nous attendre en visitant ce pays, et surtout ne nous attendions pas a une telle diversité des paysages. Le pays est immense, nous n’avons pas eu le temps de tout voir malgré les 68h passées dans les bus…Mais sur un mois nous sommes passé de l’ile de Paques avec son ambiance si particuliere, au street art de Valparaiso, aux eglises et maisons colorees de Chiloe, puis vignobles et montagnes pelees a vicuna, les paysages uniques de san Pedro de Atacama pour finir dans le parc de Lauca et decouvrir animaux et volcans de toute beaute.
Une très très belle découverte avec ce mois a arpenter le chili. On reviendra très rapidement pour découvrir une autre merveille cachée de ca pays : la Patagonie ! Et en plus les gens sont tres sympathiques! Toujours prêts à a nous aider, et en parlant lentement pour que l’on comprenne.
Et point particulierement important : on mange et on boit bien !!!! Une cure d’avocats, d’empanadas, de completos, et de pisco !

Publicités
Un commentaire

Une réflexion sur “Chili – 10/5 – 4/6

  1. Mapy

    l amérique du sud ,le Chili ! …. si la terre risquée pas de trembler un peu par là bas aussi ….:-) je dis OUI !!!! le street art j adore !!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :